OPÉRATEURS ET ASSOCIATIONS DES CONSOMMATEURS

Le retraité

Retraité depuis quelques années, je réside dans la banlieue de Conakry. Depuis la période coloniale, je fréquente la poste. La collection des timbres-poste était ma passion. En un mot, je suis un ami de la poste et des postiers. Les activités postales ont toujours présenté de l'intérêt pour moi.
L'interview du Directeur Général de la Poste que je viens de lire récemment ne me donne que l'espoir, mais mes soucis demeurent quand je pense à la complexité des problèmes et aux moyens à mettre en œuvre pour faire face à tout ce qui doit être fait pour que la poste guinéenne soit au diapason que celles des autres pays de la sous-région. C'est avec beaucoup de peine que je me vois obligé, faute de mieux, de parcourir de longues distances pour venir à Kaloum pour affranchir des lettres, recevoir quelques fois de colis de mes enfants. Pour qui connaît Conakry actuellement avec les difficultés pour trouver des taxis, les nombreux et interminables embouteillages et que sais-je encore, il n' y a rien de plus déconcertant. A cause de ces difficultés, beaucoup d'usagers comme moi se trouvent dans l'obligation, faute de mieux, d'abandonner la poste et de se tourner vers d'autres solutions.
Réagissant par rapport à la déclaration du directeur de la poste, je tiens à lui dire merci d'avoir compris l'immensité de notre retard et de prendre l'engagement pour corriger les dysfonctionnements qui ternissent l'image de la poste guinéenne. Faisant confiance à ses promesses et à la stratégie qu'il compte mettre en place, je puis espérer que la poste renaîtra bientôt et deviendra une institution visible, attrayante et efficace.
Je profite de votre journal pour lancer un appel aux hautes autorités de la poste afin qu'elles travaillent davantage à l'essor de cette institution qui, malgré tout, développe une activité économique et sociale dont l'utilité n'est plus à démontrer. Avec un peu de volonté, de courage et de détermination, tout est possible pour sortir notre poste de la léthargie et pour reconquérir la confiance et l'intérêt du public.
Sayon DOUMBOUYA
Quartier Kissosso Plateau

De la qualité de service

Fidèle lecteur de votre journal "le Régulateur", je tiens à vous dire merci pour l'amélioration notable de sa présentation et de son contenu. J'aimerais attirer l'attention sur le fait que l'ARPT n'a pas encore pu prendre des mesures concrètes pouvant pousser les opérateurs postaux et des télécommunications à respecter rigoureusement leurs obligations en matière de la qualité du service. Il est regrettable de constater par exemple que les réclamations ne soient jamais traitées de façon correcte et dans les délais raisonnables. Les services de la poste ne semblent pas accorder un grand intérêt aux lettres recommandées et des colis à destination de l'étranger qui, pour des raisons quelconques, ne sont pas parvenus aux destinataires, ni retournés aux expéditeurs. Les difficultés résultant de ces faits et faisant l'objet de réclamations connaissent toujours un traitement si lent que de nombreux clients sont obligés d'abandonner leurs démarches.
L'ARPT doit agir conformément à sa mission. S'intéresser à cette situation qui ne favorise point les relations de confiance entre la poste et sa clientèle et de prendre les mesures appropriées pour la défense des intérêts des consommateurs quand il s'agit des opérations d'indemnisation. A mon humble avis, l'ARPT doit exercer une véritable autorité à l'égard des opérateurs. Ceux-ci ne doivent plus agir comme ils veulent sur le marché ; ils ne doivent plus fixer n'importe comment les prix ; les normes fixées doivent être rigoureusement respectées. Aujourd'hui, il est constaté que l'augmentation du prix de la consommation téléphonique n'a pas entraîné l'amélioration de la qualité du service. La mauvaise interconnexion du réseau fait que les clients sont obligés de disposer de plusieurs téléphones portables. Pourquoi l'ARPT, disposant des pouvoirs que lui confèrent l'Etat, ne peut-elle pas mettre les opérateurs au pas " en leur faisant respecter des dispositions juridiques en matière de connexion, de prix et de qualité ".
Bruno T. SANDOUNO 
Entrepreneur travaux publics Conakry

Excellentes informations

En tant qu'opérateur économique du secteur de l'import-export, j'ai lu avec intérêt l'interview de Monsieur AW, Directeur de DHL International Guinée qui, avec force détail, donne la physionomie de sa société du point de vue des services de l'évolution des activités, des innovations et des perspectives. Savoir que DHL "offre la possibilité d'importer des colis ou des marchandises depuis la Guinée, en s'adressant directement à DHL et en payant le transport localement en francs guinéens"; savoir également que DHL fait toutes les formalités et déclarations en douane pour les envois ou les marchandises ainsi que les opérations de déménagement avec emballage, enlèvement, transport et livraison des effets partout dans le monde, constituent des excellentes informations. Autant dire que le "le Régulateur" offre l'occasion à ses lecteurs d'être mieux informés sur la situation des opérateurs exerçant leurs activités dans le vaste marché des postes et des télécommunications. B. DIALLO Commune de Kaloum Conakry
 

L’OPG, pourquoi?

Je saisis les colonnes de votre journal pour réagir à propos d'une situation qui m'embarrasse. Dans les années 80, avec les simples coupons-réponses, je parvenais à faire mes commandes de bijoux et de produits cosmétiques en France. Sans problème et dans les délais impartis, je recevais tous mes colis. Il y a longtemps que j'ai cessé d'utiliser les services de la poste pour effectuer mes commandes. A présent, je me demande si l'OPG est à mesure de m'offrir les mêmes services qu'avant. Je remercie le journal de l'ARPT et l'encourage à fournir à ses lecteurs des informations sur les activités postales. J'espère que cela contribuera à mieux faire connaître le secteur postal qui demeure très peu connu du public.